Tour de Babel

Le monde des langues & de la linguistique

06.02.06

La ponctuation

    Toutes les langues du monde ou presque possèdent un système d'écriture. Quand nous apprenons à écrire, on nous enseigne non seulement les lettres, les mots mais aussi comment les agencer dans une phrase au moyen de ce que nous appelons la ponctuation (Ensemble des signes graphiques non alphabétiques utilisés dans un texte pour noter les rapports syntaxiques entre les divers éléments de la phrase ou de la proposition, les rapports avec le sens, les idées du texte, les variations d'ordre affectif (intonation, rythme, mélodie de la phrase)). Cela nous amène donc aussi à nous intéresser à la typographie (Procédé d'imprimerie dans lequel l'impression est réalisée par des caractères en relief assemblés et mis en page).
    En effet, l'écriture ne serait rien sans la ponctuation. La compréhension d'un texte serait complètement nulle si nous n'avions pas les points (.), les virgules (,) ou autres signes comme les points d'interrogation (?). A priori, toutes les possibilités sont prévues par un arsenal de signes que nous sommes censés savoir manier comme les lettres. Notre ponctuation latine actuelle est née au cours de la Renaissance seulement.
    Nonobstant, toutes les langues sont, et nous le savons bien, différentes dans leurs écritures. Par exemple, les langues utilisant l'alphabet latin ne possèdent pas vraiment le même nombre de lettres, c'est-à-dire que des différences peuvent exister. Certaines langues ont des caractères agrémentés de signes diacrités comme le ñ espagnol, le å suédois ou bien le ń polonais ; d'autres langues ont des signes différenciés comme le ç français (portugais, catalan ou turc), le ł polonais.
    Par conséquent, si toutes ces langues ont des différences au niveau des signes, il résulte qu'elles ont aussi des différences au niveau de la ponctuation. Quelles sont donc ces différences ? Je vais tenter de vous expliquer et de vous démontrer que même si l'on utilise le même alphabet, la ponctuation n'en est pas néanmoins différente.

    Le français :
    C'est une langue que vous connaissez tous, chers lecteurs. Mais, en voici un bref aperçu quand même pour le français parlé en France. Tout d'abord, en typographie française on dit "une espace" et non "un espace". Il existe une règle primordiale en français qui dit que "signe simple, espace simple" ou bien "signe double, espace double". En effet, le français est à ma connaissance la seule langue qui oblige à ce que l'on mette une espace avant et après tous les signes doubles qui sont les deux points (:), le point-virgule (;), le point d'interrogation (?) et le point d'exclamation (!). Donc, si un jour vous lisez un texte dans lequel est écrite la phrase suivante : "Comment vas-tu?", vous saurez que cette ponctuation est incorrecte au regard de la règle précédemment citée. La bonne ponctuation est donc : "Comment vas-tu ?". Cette espace avant ces signes doubles, s'appelle en typographie "espace insécable". Attention : cette règle n'est pas valable pour le français parlé au Québec sauf pour les deux points (:) ni en Suisse Romande ! En ce qui concerne les parenthèses et les crochets : espace normal avant la parenthèse ouvrante et après la parenthèse fermante, pas d'espace après la parenthèse ouvrante ni avant la parenthèse fermante etc...

    L'anglais :
    Contrairement au français de France, la langue anglaise ne laisse pas d'espace avant les doubles signes de ponctuations. D'ailleurs beaucoup de francophones écrivant en anglais laissent ces espaces insécables ce qui les identifie immédiatement comme francophones ! Donc, si vous voyez la phrase suivante : "What the hell are you doing ?", vous saurez que cette ponctuation est incorrecte car un anglais écrirait : "What the hell are you doing?".  En ce qui concerne les chiffres et contrairement au français, les nombres possèdent un séparateur sous forme de point pour les décimales (par exemple : 20.5%) alors qu'en français nous utilisons la virgule. D'autre part, l'anglais utilise généralement un séparateur de millier (par exemple : 2,500) alors qu'en français nous laisserions une espace.

    L'espagnol :
  La seule particularité de la langue espagnole réside dans le fait qu'une règle est obligatoire concernant les points d'interrogation et d'exclamation. En effet, il est obligatoire de mettre un point d'exclamation ou d'interrogation renversé au début de la phrase quand celle-ci est exclamative ou interrogative respectivement. Ce qui donne :
"¡No te vayas!" ou bien "¿Qué haces?".

    Le catalan :
    Le catalan ne possède pas de particularité sauf, comme en espagnol, dans les signes d'interrogation (et uniquement avec ceux-ci) mais avec une certaine différence. La règle est la suivante : toutes les phrases commençant par un mot interrogatif ne nécessitent de point d'interrogation renversé car celui-ci induit déjà une notion interrogative. Par exemple : "Quina hora és? (Quelle heure est-il ?)". Mais si la phrase est interrogative et ne possède pas de mot interrogatif à son commencement, alors le point d'interrogation renversé sera nécessaire : "
¿Has menjat les maduixes? (Tu as mangé les fraises ?)" .

    L'italien :
    Cette belle langue a une particularité assez étrange. Je me demande d'ailleurs si je peux vraiment en parler en tant que règle de ponctuation ? L'italien n'a pas d'accent tonique écrit sauf pour les syllabes en fin de mot. En effet, les mots comme città, più ou canterò possèdent tous un accent grave qui lorsque l'on met le mot en majuscule se transforme en apostrophe. Cela donne donc : CITTA', PIU' et CANTERO'. Cette règle n'est pas forcément systématique mais est souvent utilisée dans le journaux et les affiches publicitaires.

    Le grec :
    Même si le grec ne s'écrit pas avec l'alphabet latin, j'ai pensé qu'il serait intéressant de le mentionner car, après tout, cette langue utilise les même signes de ponctuation que l'alphabet latin. Le grec n'utilise pas le point d'interrogation (?) que nous connaissons tous mais le point-virgule avec espace insécable (;). Par exemple :
" τίς ἐστιν Ζεὺς ; (Qui est Zeus ?)". D'autre part, à la place de nos points-virgules et de nos deux points, le grec utilise un point en haut (:). 

Posté par Thithi à 22:38 - Réflexion - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire