Tour de Babel

Le monde des langues & de la linguistique

28.10.06

Des machines peuvent-elles traduire ?

Devenez bilingue sans prononcer un mot

Le prototype ressemble à un ensemble de câbles fixés à votre visage et reliés à une machine. Le cobaye lui-même, se prête à l'expérience d'un visage étrangement neutre. Pourtant, le procédé fonctionne. En articulant silencieusement des phrases, chaque mouvement devient un signal électrique retranscrit ensuite par une machine. Un temps d'attente... puis une voix robotisée traduit dans une autre langue ce que vous avez prononcé muettement (voir la démonstration en vidéo).

Tanja Schultz, directeur du projet au Carnegie Mellon University à Pittsburgh explique : « L'idée est que vous articulez en silence des mots en anglais, et qu'ils sont traduits en chinois ou dans tout autre langage. »

Évidemment, les amateurs de science-fiction auront déjà en tête le poisson Babel de Douglas Adams, que l'on s'introduit dans l'oreille et qui vous fait comprendre tous les langages de la galaxie. Vient encore à l'esprit la Tour de Babel, de l'Ancien Testament. Et ces références ne sont pas vaines, puisque tel est l'esprit du projet : c'est le rêve d'une compréhension globale, par-delà les barrières des langues.

Décrit comme un « prototype de traduction électromyographique du langage silencieux », l'engin garde une précision relative de 80 % de réussite et dispose de l’anglais, de l’allemand, de l’espagnol et du mandarin. Mais pour ce faire, les chercheurs ont dû se limiter à une centaine de mots dans chaque langue.

Parmi les différentes utilisations, on met en avant le besoin d' « améliorer la compréhension mutuelle des humaines ». Dans le domaine diplomatique, et en comptant sur une nette amélioration du modèle, se passera-t-on de traducteurs ? Une fois les temps de réaction réduits et le vocabulaire enrichi, la communication serait alors possible.

Mais l'on s'inquiète également de son intervention dans le domaine militaire. L'armée américaine a déjà recours à des robots traducteurs pour analyser des articles arabes. 5 années plus tard, les militaires officiant sur le terrain n'ont toujours pas réussi à apprendre l'arabe. Ainsi, alors que durant un interrogatoire, existe le risque d'un humain qui fausserait volontairement la traduction, ce genre d'intervention subjective qui n'aurait plus cours avec ce nouvel assistant.

Par Nicolas.G, rédaction de PC INpact

Posté par Thithi à 13:53 - Article - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire